Histoire d'un marin cavernicole

En croisière vers les iles Scilly, juin 2011

 

En croisière vers les Iles Scilly avec Papamike, Juin 2011.

 

 

 

Comme tous les ans à la même époque, Papamike piaffe d’impatience. Avec les jours qui rallongent, l’appel du large se fait sentir. Surtout après un long hiver passé sur l’eau douce de la Vilaine, seulement entrecoupé de quelques week-end maritimes vers les iles où le golfe du Morbihan.

Notre virée hispanique de 2010 ayant laissé de bons souvenirs, il semblait normal de reformer le même équipage pour cette navigation printanière.

J’avais déjà eu l’occasion en 2001 de naviguer vers le nord et de visiter les Iles Scilly, et j’en gardais un excellent souvenir. En discutant avec mes équipiers nous tombons d’accord sur un programme septentrional et rapidement les Scilly et le sud de l’Irlande seront notre objectif.

 

 

 

La préparation du bateau :

 

Papamike est un navire sain et bien entretenu, aussi la préparation se résumera à une révision méthodique du moteur et de l’électronique (PC, AIS, IRIDIUM et centrale de navigation), la capote vieillissante sera changée et des poulies « plat-pont » doubles seront posées pour les écoutes de Génois et Solent en prévision d’une utilisation intensive de voile sur étais largable. Mon vieux spi n’avait pas survécu à la descente sur La Corogne de 2010. Etant donné le régime des vents que nous pensions rencontrer pour cette balade Irlandaise, nous avons fait l’impasse sur son remplacement. La suite nous prouva que nous avons eu raison.

Avitaillement, eau dans les soutes, gazole, lignes de vie et sécurité à poste, notre fier Feeling 39 DI est prêt à parcourir les miles qui nous séparent d’une bonne Guinness !

 

 L'équipage de Papamike en sortie aux Scilly

 

 

 

La météo :

 

Tout mars et tout avril nous avons eu du vent de nord-est….Le pied pour monter tranquillement en Irlande et redescendre sur la Bretagne avec une escale tranquille aux Scilly. Et puis mai arrive, toujours aussi sec mais avec un anticyclone moins fort sur le nord de l’Europe.

Pour finir nous quitterons Arzal et la Vilaine dans un flux d’Ouest qui nous obligera à tirer des bords jusqu’à la pointe Bretonne.

Puis les vents auront la bonne idée de s’orienter Nord/Nord-est pour une traversée confortable sur un seul bord vers les Scilly.

Seulement à tirer des bords depuis la Vilaine jusqu’à Audierne nous avons fait deux fois la route et trois fois la peine, consommant ainsi notre précieux capital temps…il nous faudra renoncer à l’Irlande si nous voulons « boucler la boucle » dans les temps. Changement donc de programme, ce sera une croisière Arzal / les Scilly / sud le l’Angleterre / Brest.

La météo de la fin du parcourt sera plus musclée, avec des petites dépressions et des vents de nord-ouest souvent de force 7.

 

 

  Le trajet 2011 en rouge

 

 

 

Déroulement de la croisière, le parcourt et les étapes.

 

D’Arzal à Belle-Île. Samedi 28 mai, Papamike et ces trois équipiers appareille d’Arzal pour passer l’écluse de 10h00, peu de monde dans le sas, l’éclusage s’effectue sans histoire et c’est GV haute que nous descendons la rivière jusqu’à l’embouchure. Une fois en mer, on s’installe pour un long bord de près au 230° qui nous fait passer entre l’Ile Dumet et la pointe de Piriac, mer un peu hachée et vent de 3 à 4 Beaufort. La mise en route est un peu laborieuse l’équipage se rode et nous voyons bien qu’il ne sera pas évident de trop gagner dans l’ouest. Par le travers sud de Hoëdic nous prenons la décision de faire escale à Belle-Ile, quelques virements de bords plus tard et à la nuit tombante, Papamike pointe son étrave devant la plage de Gros Rocher à port Yorc’h à l’est du port de Palais. Nous prenons une bouée libre et passons une très bonne nuit abrité des vents d’ouest-nord-ouest.

 

Dimanche 29 mai aux aurores, nous prenons un cap nord-nord-ouest par tout petit temps. GV haute, et à l’avant : alternance du Génois et du Geeneker…Ca bricole un peu, mais on fait route doucement, Birvideau…Groix et Lorient, le vent adonne un peu et on poursuit la route à travers les minis qui s’entrainent et qui rentrent au port. Quelques vacations radio et contact avec des skippers que David connaît et que nous croisons. Finalement nous incurvons notre route vers le nord et arrivons devant le port de  Douélan. Nous mouillerons dans l’avant port, sur bouée embossées. Il y a un autre voilier qui occupe les bouées voisines, la place est réduite et j’imagine comment cela doit être en plein été.

 

 

Au mouillage devant douelan

 

 

Lundi 30 mai, temps maussade, ciel bas et gris, petit crachin, nous quittons Douélan sous GV haute et Génois déroulé. Le vent est toujours de secteur nord-ouest, il forcit légèrement sous les ondées. Il nous faudra tirer de nombreux bords et aller presque jusqu’à l’ile aux moutons pour finir par un bord plein sud au débridé, bord qui nous amènera directement à la Pie. Le vent est bien monté et le bateau avance franchement, portant, empannage, on enroule le Génois par le travers de l’ile Saint Nicolas. Il est presque 10h00 quand nous prenons une bouée au mouillage de la Chambre. L’endroit est presque désert, il y a à peine dix voiliers qui tirent sur leur mouillage. Ciel dégagé et vent frais.

 

 

Peu de monde aux Glénan en cette fin mai 2011

 

 

Quand mardi 31 mai nous quittons la Chambre sous GV haute, le ciel bleu est chargé de gros nuages menaçants, on sent qu’il va y avoir des grains. Nous enroulons Saint-Nicolas, puis la Pie et prenons un cap nord sous GV et Génois pour aller virer l’ile aux moutons. Le vent monte, le bateau marche comme un avion de chasse, nous virons ouest après avoir laissé le phare de l’ile aux moutons sur bâbord. Plus de 20 nœuds à l’anémomètre, il faut prendre un ris et enrouler un peu ! Avec un ris Papamike est plus facile à mener et marche tout aussi bien. Vent, soleil, grains : ce sera le programme de la journée.

Un long bord au 260° jusqu’au sud-ouest de Penmarch, puis nous tirons des bords au milieu des chalutiers. Grace à l’AIS tout se passe bien. Enfin un dernier grand bord de nord jusqu’à la Gamelle et l’entrée du port d’Audierne est en vue. Nous sommes à mi-marée et le chenal est toujours praticable, vigilance quand même. En fin de journée nous sommes amarrés, à couple en bout de ponton au cœur de la petite ville d’Audierne. Escale super sympa, repos, bistrot, resto.

 

Il fallait bien calculer l’heure de départ ce mercredi 1er juin : anticiper la marée afin d’avoir assez d’eau pour sortir du port d’Audierne, mais aussi arriver au Raz de Sein au bon moment pour bénéficier d’un courant sinon portant du moins pas défavorable. Nous appareillons donc vers 07h00, et c’est dans un tout petit temps que GV haute et moteur en appui que nous longeons les cotes jusqu’au phare de la vieille. Nous passons le Raz de Sein tranquillement vers midi et envoyons le Génois dans un petit vent de Nord-ouest. Route au nord/nord-est, le vent se renforce légèrement pour atteindre les 18/20 kT en fin d’après midi, le bateau double la presqu’ile de Crozon et empanne vers Camaret où nous trouvons une place au ponton.

 

Paysages tourmentés en arrivant à Camaret

 

 

 Camaret sur mer

 

 

Jeudi 2 juin, nous préparons Papamike pour la traversée, l’étai largable à poste, les écoutes passées, complément d’eau dans les soutes et avitaillement en produit frais. Pour être bien, il nous faut se présenter à la pointe Saint Matthieu avec le courant, c'est-à-dire aux alentours de midi. Nous appareillons donc à 1030, GV avec un ris et Solent sur étai largable. Route sans problème avec un léger portant de Camaret à la pointe Saint Matthieu, puis quelques bords dans le passage du Four et par le travers de l’Aber Ildut nous mettons un cap direct vers l’archipel des Scilly.

 

Le Sea Cloud arrive à Brest

 

 

Le vent de nord-est est frais, la mer est belle à peu agitée. Peu de trafic dans le rail montant, un peu plus dans le rail descendant mais il fait jour et nous sommes trois matelots pour veiller. Nous échangeons en anglais var VHF avec les capitaines des navires marchands que nous croisons, l’accueil est toujours très cordial et cela rassure de savoir que depuis leur passerelle haut placée, les pilotes de ces mastodontes des mers ont un œil sur nous.

 

 

Imola-Express, un carcarrier dans le rail montant

 

 

Le bateau est installé tribord amure et marche bien, les quarts vont s’installer paisiblement.

En milieu de nuit (et aussi milieu de route) il nous faudra tirer un bord pour se recentrer sur la route car le courant de Manche nous emportait trop vers l’Ouest.

Le jour ce lève sur un ciel sans nuage, le vent a molli, on libère le ris de GV, on affale le Solent et on envoie le Génois. Vers midi les Scilly sont en vue, la bouée Spanish ledge est laissée à bâbord, nous filons entre Saint Agnès et Sainte Mary, en suivant respectueusement les amers et les instructions nautiques nous arrivons au mouillage de Sainte Mary.

 

 

Le Scillonian3 arrive à Ste Mary

 

 

A 14h00 Papamike est amarré à Hugh Town, sur une grosse bouée jaune pour visiteur, non loin du canot de sauvetage.

 

 

Mouillage à Hugh Town

 

 

 

Nous resterons trois nuits aux Scilly, de vendredi 3 juin à lundi matin 6 juin. Nous ferons le tour de l’archipel par l’est, avec un petit stop dans les Eastern Island pour aller rendre visite à la colonie de phoque, puis en contournant St Martin et Tresco par le nord, nous mouillerons à New Grimsby Harbour ( entre Tresco et Bryher). De là après une visite au jardin botanique extraordinaire de l’Abbaye de Tresco, en profitant de la marée montante nous rejoignons les bouées de Ste Mary à travers les hauts fonds en suivant scrupuleusement les alignements et un œil rivé sur le traceur !

 

 

Sainte Mary, porth cressa

 

 

Phoque aux eastern islands

 

 

Jardin de l'Abbaye de Tresco

 

 

Tresco, le mouillage de New Grimsby Harbour

 

 

Nous quittons les Scilly vers 8h00 le lundi 6 juin, le ciel est gris, il y a pas mal de clapot dans le port. Le vent de force 5 est de secteur nord-ouest et nous pousse vers l’extrême pointe de l’Angleterre. Houle modérée, GV plus Génois, nous traversons le rail des Seven Stones (Les Seven Stones sont un haut fond rendu célèbre par le naufrage du Torrey Canyon le 18 mars 1967 et la marée noire qui a suivie) sans rencontrer trop de monde, un dernier clin d’œil aux Scilly quand nous croisons le ferry Scillonian3, puis vers midi c’est le phare de Wolf Rock qui se dresse sur les flots. La cote anglaise apparaît, haute, rocheuse, avec ces habitations et ces phares. Une forte odeur de vache nous vient de la terre, nous enroulons le sud de Land’s end pour venir au près avec un cap nord, passons devant Mousehole puis le port de pêche de Newlyn pour arriver vers 16h00 devant  Penzance. Un petit tour dans la baie pour admirer le Mont Saint Michel des Cornouaille et nous prenons une bouée devant l’entrée du port par quatre mètres d’eau en attendant l’ouverture de la porte du bassin à flot.

 

le Mont Saint Michel de Cornouaille

 

Le port de Penzance possède un bassin à flot dont la porte est ouverte de une heure avant à deux heures après la pleine mer.

Nous rentrons dans le bassin vers 20h00 et nous retrouvons à couple d’un voilier anglais de 39’ lui-même à couple de deux autres voiliers, un en ferrociment et l’autre en acier, tous les deux plus proches de l’épave que du coureur d’océan.

 

Papamike, quatrième de couple à Penzance

 

 

Super escale, ambiance chaleureuse et typique, le port est occupé par des bateaux hétéroclites (caboteurs, chalutiers, voiliers, navires à la gloire des pirates), le long du quai sud, un petit caboteur bleu du nom d’Ivor B n’est autre que l’ancien Charles A (ex Guedel  http://www.marine-marchande.net/Flotte/F-J/Guedel.htm ) qui livrait les matériaux de construction à l’Ile d’Yeu dans les années 70.

Le soir le vent forci, il y a un coup de vent annoncé, l’anémomètre affiche 25 nœuds à l’abri dans le port, je pense que dehors il ne doit pas faire bon.

La météo nous bloquera deux jours à Penzance….nous visiterons Newlyn et ferons une cure de Fish and Chips arrosé de bière locale.

 

Sans légende !!

 

Le vent est encore fort quand appareillons mercredi 8 juin vers 22h00, mais c’est du portant.  Un ris dans la GV et Solent sur étai nous quittons la baie abritée de Penzance, au large la mer se creuse mais c’est très confortable, le bateau est bien équilibré. L’équipage s’installe dans les quarts, il y a beaucoup de trafic et il faudra zigzaguer entre les pécheurs et les navires marchands. Le vent tombe avec le petit matin, le ris est libéré et on envoie le Génois tout en gardant le Solent sur l’était. Grée en cotre Papamike glisse sur une mer redevenu calme. Dans cette configuration, pour un vent réel de 10 nœuds le bateau avance à 7.5 nœuds !! Bon rendement !

Jeudi 9 juin en début d’après midi, 17h30 après avoir quitté Penzance nous sommes à quai au port de  L’Aber-Wrack. Belle traversée.

 

Le Phare de l'ile vierge, en arrivant à l'Aber Warch 

 

 

Vendredi 10 juin, un fort vent traversier nous colle au ponton. Manœuvre à l’aussière et concours des équipages voisins nous appareillons en fin de matinée. Quelques bords pour gagner dans l’ouest et dégager les roches de Portsall (Célèbres pour le naufrage de l’Amoco Cadiz) et nous virons sud pour dévaler le chenal du four au près bon plein. Une fois la pointe Saint Matthieu dépassée c’est au portant, avec un vent réel de plus de 28 nœuds que nous déboulons dans le goulet de Brest. Il est quelque chose comme 19h00 quand nous sommes amarrés dans la marina du Château à Brest.

 

Papamike au Port du Chateau au coeur de Brest

 

 

L'abeille Bourbon, chien de garde de l'Iroise...

 

 

Fin du voyage………….

 

 

 

Aspect pratique

 

Quelques mouillages

 

Ils ne sont pas tous là, bien au contraire, mais ceux là sont sympas.

 

  • Port Yorc’h (Belle Ile)  47°19'38" N 3°07'25"W,  mouillage bien protégé à l’exception des vent de nord-est, très bonne tenue des fonds, quelques bouées à n’utiliser qu’avec l’accord de les propriétaire.
  • Eastern Island (Archipel des Scilly) 49°56'40"N 6°14'60"W, colonie de phoques, on peut y faire un mouillage sous le vent des iles pour aller jouer en annexe avec les phoques. Toutefois il n’est pas conseillé d’y passer la nuit sauf avec une bonne prévision météorologique
  • New Grimby Harbour (Archipel des Scilly) 49°57'33"N 6°20'49"W, le meilleur accès à l’ile de Tresco, mouillage sur bouée, 25 euro la nuit en juin 2011. Le « Harbour Master » est très sympa, débarquement en annexe sur la plage

 

Tourisme

 

Depuis Arzal jusqu’à Audierne, nous n’avons pas pris le temps de vraiment nous poser, nous espérions encore gagner le temps nécessaire pour atteindre l’Irlande. A partir d’Audierne nous avons un peu plus gouté aux escales, parfois seulement quelques heures, le temps d’un verre ou d’un bon resto, parfois plus longtemps

 

http://www.audierne.fr/

http://www.camaret-sur-mer.com/

http://www.scillyislandbreak.co.uk/index.php

http://www.penzance.co.uk/

http://alaberwrach.free.fr/

 

Pub et resto,

 

Loin de faire une liste exhaustive de tous les bistrots de la façade atlantique, voici une liste des endroits qui nous ont bien plu, il doit y en avoir d’autres certainement.

 

  • The Mermaid : LE pub incontournable pour tout marin qui passe par les Scilly. Ne dit on pas qu’avec Beudeff à Groix et Peter’s aux Açores Le Mermaid fait parti des trois pubs à « avoir fait » dans sa vie de marin. Ambiance cosmopolite, marins et ouvriers locaux, vacanciers anglais et navigateurs tourdumondistes…A ne surtout pas manquer, et en plus la bière y est bonne.

 

 

  • The New Inn : dans le cadre feutré et « So british » de Tresco, c’est l’unique pub de l’ile. La table y est très correcte, poissons frais mais aussi succulente viande bovine Angus. Et toujours la bière locale. Ales of Scilly scupered.

 

  • The Dolphin Tavern  http://www.dolphintavern.co.uk/ . Ce fut notre cantine pendant les deux jours de mauvais temps passés à Penzance. Fish and chips, c’est classique et excellent, mais aussi maquereaux frais, grillés ou fumés.

 

  • Amiral Benbow, look très « Cosy », un peu déjanté, coussins dentelles et bibelots. Le pasteur anglican y côtoie la barmaid au dos nu vertigineux, mais toujours de la bonne bière. Three pints please !

 

  • The Turks Head http://www.turksheadpenzance.co.uk/ Le plus vieux pub de Penzance…ils disent tous ça. Toujours la même moquette écossaise, les toilettes au fond du couloir à droite. Mais pas facile à trouver !

 

Aide à la navigation

 

  • VHF
  • Téléphone IRIDIUM
  • AIS Simrad AI50
  • GPS Furuno
  • Radar Furuno
  • Pilote Raymarine ST6000
  • Centrale de navigation, loch-sondeur-anémomètre Raymarine
  • Logiciel météo ZyGrib (relayé par Iridium) http://www.zygrib.org/ (http://www.iridium.com/default.aspx)
  • Ordinateur PC avec logiciel de navigation Open CPN.

 



17/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres