Histoire d'un marin cavernicole

Seconde étape: Madère-La Martinique (Janvier Février 2009)

TRANSQUADRA 2008-2009 

ETAPE PORTO-SANTO / MARTINIQUE

 

La carractéristique principale de cette course hauturière pour skippers amateurs de plus de quarante ans réside dans le décalage dans le temps entre les deux étapes. Profittant ainsi des conditions météorologiques optimales  (On en a fait les frais dans la première étape !! Voir l'article 1ere étape.) la flotte des quelques 95 rescapés de la première manche prendra le départ de Porto-Santo le samedi 24 janvier 2009.

Notre équipage va quitter la métropole le samedi 17 janvier 2009, une semaine avant le coup de canon, pour retrouver le voilier hiverné bien "au chaud" dans la marina  de Quinta do lorde. Une petite semaine de travail pour réarmer Tip-Top et faire l'avitaillement, nous devrons ensuite le convoyer vers l'ile de Porto-Santo d'où le départ sera donné.

Voiliers sur fond de l'ile de Porto-Santo

 

Une semaine de préparation à Quinta do lorde

 

Nous avons quitté les frimas de l'hiver le 17 janvier, vol direct de Paris à Madeire. Là bas, la petite communauté des hivernants commence à s'agiter autour des voiliers. Avitaillement, préparation, drisses, voiles, controle du mât....il ne faut pas chomer! Mais aussi soirées conviviales les uns chez les autres. L'ambiance de la course monte en puissance, on se prend à rêver de surfs et d'alizées.

 

A bord de "è cosi" , on refait le monde autour d'un Ti punch

Et puis, le jeudi, la petite colonie s'ébranle, toutes voiles dehors pour rejoindre le reste des concurrents déjà à Porto Santo. 10h00 appareillage, GV haute et médium au vent, cap 40° vitesse supérieure à 9 nds, il ne faudra pas cinq heures pour que la petite troupe rejoigne la marina de Porto Santo

 

A Quinta de lorde

 

 

Journal de bord de la seconde étape....

 

Avant le départ...

 

Samedi 24, à 15h00 départ des solitaires, puis les duo s'élancent dix minutes plus tard. La météo est plutôt favorable, l'anticyclone est là, solide et constant: Les vents devraient nous pousser tranquillement vers les caraïbes.

Départ...lachez les fauves !

 

Nous choisissons de descendre vers le sud pour assurer la probabilité d'avoir des alizés forts et constants, mais cette option rallonge la route de plus de 200 miles.

 

Auto-portrait......

Mardi 27 nous passons à la latitude des Canaries, maintenant cap sud-ouest, les premiers surfs (un peu timides: 12 à 13 nds). Une belle cocotte du spi dans l'étai nous pousse à être raisonnable et à envoyer le "génois belge" à chaque fois que nous sommes sous spi (Génois belge = filet en sangle à la place de la voile d'avant). Le genois belge ne quittera plus l'étai.

 

Allez....encore plus vite!

 

Les jours et les nuits se succèdent, le vent est là, régulier et dans la bonne direction.

Mercredi une petite troupe de dauphins vient nous saluer à la tombée de la nuit. Ce serons les seuls que nous verrons de toute la traversée. La nuit se passe sous spi, mais à deux heures du matin, une forte risée nous fait partir au lof et sous l'effet de la claque de vent, le mousqueton de drisse de spi s'ouvre et nous perdons la voile! Heureusement que notre spi lourd est TRES solide, nous le récupérons intact.

Samedi 31 janvier mille miles nous séparent du point de départ sur l'orthodromie.

Dimanche 1er février, un étrange cargo spécialisé dans le transport des charges volumineuses croise notre route alors que nous évoluons sous spi médium à 6 nds dans un faible flux de vent.

Jusqu'à mardi 3 la météo nous épargne, puis nous entrons dans une zone de grains que nous mettrons deux jours à traverser, nous sommes alors à 1000 miles de l'objectif.

Ciel chargé.....

 

Il faudra attendre samedi 7 févier pour être totalement sorti des grains, l'alizé est de plus en plus présent, l'océan déroule sa longue houle, le tapis roulant est en marche, nous sommes en route directe vers la Martinique. Rien ne saurait gâcher notre plaisir, si ce n'est ce message horrible que nous recevons du comité de course, lundi 9 février, nous apprenons sidérés que l'un d'entre nous ne revera plus jamais la terre, son voilier a été retrouvé vide......Il était en solitaire, et est tombé à l'eau.

 

La houle de l'atlantique

 

Contructions-du-Belon franchira la ligne mardi 10 février à 9h00 TU après 16 jours et 18 heures de course, terme d'une très belle aventure maritime qui j'espère sera suivie par d'autre. L'Atlantique a été à la hauteur de mes espérances, la réalité conforme au rève.

 

Trajet de Tip-Top sur la seconde étape

 

Nous sommes 42eme en temps réel, mais après application du "rating" (1.023) nous serons classé 47eme sur 62 pour la seconde étape, soit au classement général des équipages en double de la Transquadra 2008/2009 pour les deux étape nous sommes classés 51eme sur 79

 

Le ponton "Transquadra" au port du Marin

 

Nous finirons cette course comme nous l'avons commencée en juillet 2008, dans un pays paralysée par les grèves.....nous étions vraiment beaucoup mieux en mer !

 

 



18/11/2008
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 30 autres membres